Le mot « métamorphose » signifie « passage d’une forme à une autre ». Moïse et David figurent parmi les héros cités au chapitre onze du livre des Hébreux. Avaient-ils des faiblesses ? Oui. Avaient-ils parfois des épreuves ? Absolument. Mais : « Ils étaient faibles et devinrent forts ; ils furent redoutables à la guerre ». Imaginez une chenille qui se transforme en papillon. D’abord lente et visqueuse, elle met des heures à ramper sur deux ou trois pas. Pourtant, à l’issue du processus de métamorphose, elle devient un magnifique papillon qui peut voler sur de longues distances en s’appuyant simplement sur les courants aériens. Les ailes du papillon peinent à se développer dans le cocon jusqu’à ce qu’il les libère. Pas de lutte, pas d’envol ! Vous saisissez ? Avez-vous des luttes aujourd’hui ? Êtes-vous dans une bataille spirituelle ? Ce sont vos combats qui vous fortifient, et vos batailles qui vous donnent la victoire. Satan ne veut pas que vous le sachiez. Il espère que votre combat va vous détruire au lieu de vous développer, alors il ne cesse de mettre de l’huile sur le feu. Lorsque Paul est au plus mal et pense devoir craquer, Dieu lui dit : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse » (2Co 12.9). Et Paul répond : « Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les privations, dans les persécutions, dans les angoisses, pour Christ ; en effet quand je suis faible, c’est alors que je suis fort » (v.9-10).