Paul écrit : « Je veux cependant que vous le sachiez : Christ est le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme, et Dieu est le chef de Christ ». Dieu opère dans l’ordre. Tout comme Christ est soumis à Dieu, les hommes sont censés être soumis à Christ, et les femmes sont supposées soumises à leur dévot mari. Notez bien, l’homme est le chef de la femme, pas de toutes les femmes. Ce contrat ne s’applique pas au travail ou dans d’autres relations. Lorsque nous manquons d’honorer l’institution de Dieu, Satan peut entrez chez nous tout comme il est entré dans le jardin d’Éden. De nos jours, « soumission » est devenu un mot impopulaire. Mais pris dans une perspective biblique, nous y voyons une force positive pour accomplir le bien, non une force négative pour asservir les femmes. Le mot  vient du grec « hupotasso », qui signifie se placer volontairement sous l’autorité d’un autre. Il n’implique aucune contrainte, mais une volonté de vous prendre comme Dieu vous a fait(e), et de vous soumettre à l’autorité d’un autre. Pour le mari, c’est à Dieu, et pour la femme, à Dieu et à son mari. Paul écrit : « Maris, aimez chacun votre femme, comme le Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle » (Ep 5.25). Lorsqu’un mari aime ainsi sa femme et se livre lui-même pour elle, elle ne pourra qu’être ravie de se soumettre à son leadership à la maison. Grâce à l’amour et la protection de son mari, elle va réaliser la plénitude du potentiel que Dieu lui réserve.