Un coureur de fond se con­cen­tre sur la vitesse, mais égale­ment sur l’en­durance. Il se ménage pour le sprint final. Paul a dit : « Je cours les yeux fixés sur le but ; […] je traite dure­ment mon corps et je le maîtrise sévère­ment, afin de ne pas être moi-même dis­qual­i­fié après avoir prêché aux autres » (v.26–27, BFC). Mal­gré les obsta­cles et les décep­tions sur son par­cours, le coureur fait tout pour ne pas rester sur la touche à devoir encour­ager ceux qui ont payé le prix pour courir. Donc, si vous aspirez à accom­plir le but que Dieu vous a fixé, don­nez-lui tout. Fon­cez et n’ou­bliez pas que Jésus a dit : « On deman­dera beau­coup à qui l’on a beau­coup don­né » (Lu 12.48). Réus­sir est une chose, gér­er la pres­sion en est une autre. La Bible dit de Jésus : « Au lieu de la joie qui lui était pro­posée, il a sup­porté la croix, méprisé la honte, et s’est assis à la droite du trône de Dieu » (Hé 12.2). Espér­er quelque chose de grand vous per­met de tenir bon. Dieu vous exposera à l’op­po­si­tion et à la cri­tique pour forg­er votre car­ac­tère. Le moment venu, vous serez alors en mesure de gér­er des respon­s­abil­ités et des bien­faits plus grands. Le suc­cès n’est pos­si­ble que si vous êtes passionné(e). Mais êtes-vous capa­ble d’en pay­er le prix ? Lorsque la pres­sion est forte, pou­vez-vous vous lever et dire à vos adver­saires, comme Néhémie quand il a recon­stru­it les murs de Jérusalem : « J’ai un grand ouvrage à exé­cuter et je ne puis descen­dre » (Né 6.3) ? Dans ce cas, fix­ez les yeux sur le but et sprint­ez vers la ligne d’arrivée.