Parole du Jour
Parole du Jour 
Réa­gir dans la détresse (1)
Loading
/

"Parole du Jour me réconforte, me vivifie, m'interpelle, me remet en question. En bref, cela me fait un bien fou et ma journée se passe dans le calme, la paix et la joie." Daisy Je fais un don

Celle d’Élie était si grande qu’il était prêt à en finir avec l’existence. Et c’est arrivé dans la foulée de sa plus grande vic­toire. Il venait d’ap­pel­er le feu du ciel sur le mont Carmel lorsqu’il est passé de l’ivresse à l’épuise­ment. On oublie que même si l’on réus­sit et l’on aime ce que l’on fait, on peut s’y épuis­er le physique et le men­tal. Si on cherche à fon­cer sans lim­ites, c’est dan­gereux ! 1) L’épuise­ment avait désta­bil­isé Élie. Il venait de vain­cre 850 faux prophètes (voir 1R 18.19), et main­tenant il fuyait devant une seule femme : Jéz­abel. Le Général Pat­ton a dit : « La fatigue fait de nous tous des lâch­es. » Quand la fatigue est là, la foi s’en va ! On oublie la puis­sance de Dieu et ses promess­es. La fatigue men­tale asso­ciée à l’épuise­ment physique est une com­bi­nai­son fatale qui pousse au dés­espoir et crée l’il­lu­sion d’une impasse. 2) La peur pousse Élie à s’isoler. Il aban­donne son servi­teur à Beér-Ché­ba, s’en va dans le désert et dit à Dieu : « Je suis resté, moi seul, et ils cherchent à pren­dre ma vie » (1R 19.10). À ce moment-là, Élie est dans la pire com­pag­nie pos­si­ble : la sienne ! Lorsqu’on se sent déprimé, ce n’est pas le moment de s’isoler. C’est alors qu’il faut se tourn­er vers Dieu et les proches capa­bles de nous porter sec­ours. Même Paul avait besoin d’aide. Il a écrit : « Depuis notre arrivée en Macé­doine, notre chair n’a pas eu le moin­dre repos […]. Mais Dieu, qui con­sole les hum­bles, nous a con­solés par l’ar­rivée de Tite » (2Co 7.5–6). Alors, qui devez-vous appel­er ? Ne tardez pas, faites-le !

"Merci pour la médiation Parole du Jour. Même après 54 ans de conversion, j'en ai besoin et j'en fais profiter à une vingtaine de personnes autour de moi." Rosemée Je fais un don