Tout le monde recherche l’approbation, mais elle ne sert à rien pour l’estime de soi. En voulant plaire aux gens, on perd sa per­son­nal­ité. On se met en qua­tre pour les séduire, et juste au moment où on pense y être arrivé(e), ils changent d’avis. En plus d’être dérangeante, la volon­té de plaire aux gens empêche de suiv­re la direc­tion de Dieu, au final la plus grande des pertes. Si on aime les gens, chang­er ses habi­tudes de vie ne sera pas facile. Il fau­dra faire face à ses craintes et deman­der à Dieu le courage de le faire. David a dit : « En Dieu je me con­fie, je ne crains rien : que peu­vent me faire des hommes ? » Quand il s’ag­it de plaire aux gens, voici deux choses à com­pren­dre. 1) Bris­er le cycle sig­ni­fie ris­quer le rejet en dis­ant « non », alors que les autres s’at­ten­dent au « oui ». Si les proches sont habitués à des répons­es com­plaisantes, ils réa­giront mal jusqu’à ce qu’ils se fassent à cette nou­velle donne. Les débuts seront déli­cats, mais est-ce vrai­ment pire que de vivre avec la crainte de leurs réac­tions ? 2) Il fau­dra sans doute expli­quer aux autres qu’on a demandé leur appro­ba­tion par le passé par manque d’assurance, mais que c’est ter­miné. Il faut agir main­tenant ! Chang­er une habi­tude n’est pas facile sur le coup, mais c’est le prix à pay­er pour ne plus se sen­tir piégé(e). On a deux options : souf­frir pour un temps afin de retrou­ver sa lib­erté, ou souf­frir pour tou­jours en con­tin­u­ant à faire de gros efforts pour plaire aux autres. Aujour­d’hui, faites le bon choix.