Parole du Jour
Parole du Jour 
La prière effi­cace (4)
/

Avoir de l’audace. Ce n’est pas de l’ar­ro­gance, de la pré­ten­tion ou de la suff­i­sance, mais une con­fi­ance fondée sur qui on est en Christ. Paul écrit « Appro­chons-nous donc avec con­fi­ance du trône de Dieu, où règne la grâce » (v.16). En tant qu’en­fant racheté de Dieu, on peut s’approcher de lui à tout moment. Le savoir per­met de repouss­er les ten­ta­tives de Satan pour nous faire nous sen­tir indigne et enlève notre ten­dance naturelle à dire : « Je sais que Dieu peut le faire, mais j’ai du mal à croire qu’il le fera pour moi. » Mais la glo­rieuse vérité est que Jésus nous a ren­dus digne (voir Col 1.12). Notons égale­ment que : « Nous y obtien­drons le par­don et nous y trou­verons la grâce pour être sec­ou­rus au bon moment » ; la grâce est sim­ple­ment une faveur imméritée. En d’autres ter­mes, Dieu nous donne ce que l’on ne mérite pas lorsque l’on a suff­isam­ment con­fi­ance pour le lui deman­der. De plus, on demande au nom de Jésus, pas au nôtre. On présente au Père tout ce que Jésus est, et non tout ce que nous sommes. Voici une autre pen­sée : en cas de péché enfoui au fond du cœur, il est impos­si­ble de prier avec con­fi­ance. Le péché non con­fessé nous enferme et empêche Dieu d’en­tr­er (voir Ps 66.18). Mais voici la bonne nou­velle : si on demande à Dieu de nous révéler notre péché, il le fera. Alors, il faut y faire face pour main­tenir la com­mu­ni­ca­tion. Si Dieu nous rap­pelle une sit­u­a­tion dans laque­lle on n’a pas fait ce qu’il fal­lait, évi­tons de bal­ay­er cette pous­sière sous le tapis. Il suf­fit de la recon­naître et recevoir son par­don. Alors on pour­ra prier avec confiance.