Parole du Jour
Parole du Jour 
Appren­dre la patience (4)
Loading
/

"Dieu m'a invitée à travers Parole du Jour à retrouver une pratique régulière et à me rendre dans une église ouverte et accueillante." Hélène Je fais un don

On remar­quera que dans la liste des fruits de l’E­sprit, la patience vient juste après la paix. Car en ayant la paix dans le cœur, peu de choses peu­vent nous ren­dre impa­tients. Mais ces qual­ités sont le fruit de l’E­sprit et non pas de la chair. On ne peut pas se forcer et dire : « Je vais être patient(e) même si ça me tue ! » Car tout vient de l’Esprit, et si notre patience est le véri­ta­ble fruit de l’E­sprit, on ressen­ti­ra alors une vraie paix intérieure, et cer­taines cir­con­stances ne nous gêneront plus comme avant, parce qu’on dépend du Seigneur. La patience est une sorte de foi. Elle affirme : « J’ai con­fi­ance en Dieu. Il est plus grand que mon prob­lème. Il étend sa main sur ces irri­ta­tions et peut les utilis­er dans ma vie pour le bien. » Alors que la frus­tra­tion déclare : « Pourquoi tout ça m’est-il arrivé ? » La foi dit au con­traire : « Dieu, que veux-tu m’apprendre ici ? » Abra­ham avait 100 ans lorsque son fils Isaac est né. C’est une longue péri­ode de patience. L’attente la plus dif­fi­cile a lieu quand on est pressé et que Dieu ne l’est pas. Il n’est pas sim­ple d’être patient lorsqu’on attend une réponse à une prière : que Dieu change une sit­u­a­tion finan­cière, un prob­lème de san­té, un souci famil­ial… Être patient est à la fois la preuve et l’épreuve de la foi. C’est dans ces moments-là que Dieu rap­pelle : « Arrêtez, et recon­nais­sez que je suis Dieu » (Ps 46.11). Autrement dit : « Je con­trôle la sit­u­a­tion, j’ai un meilleur plan pour toi, j’arrange les choses pour ton bien ! »

"En lisant les textes de Parole du Jour, mon comportement a commencé à changer positivement, je suis devenue plus tolérante." Hélène Je fais un don