Parole du Jour
Parole du Jour 
Que l’amour de Dieu chas­se nos peurs
/

La sci­ence con­firme l’Écriture : « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour par­fait ban­nit la crainte ». Amour et crainte sont incom­pat­i­bles, ils ne peu­vent coex­is­ter. Les enfants ont besoin de deux choses. 1) Explor­er. C’est ain­si qu’ils appren­nent et se dévelop­pent. 2) Se sen­tir en sécu­rité. S’ils ont peur, ils ne vont pas oser se lancer. L’être humain a besoin d’être ras­suré pour décou­vrir son envi­ron­nement et grandir. Des études con­fir­ment qu’en général, l’un des par­ents pousse son enfant à pren­dre des risques et s’en réjouit même, tan­dis que l’autre tend à le récon­forter et à jouer le filet de sécu­rité. Quand un enfant a peur, son sys­tème nerveux sym­pa­thique s’active : son cœur bat plus vite, sa res­pi­ra­tion s’accélère, ses mus­cles se con­tractent. Aus­sitôt, il court se réfugi­er auprès du par­ent qui va le con­sol­er et le pro­téger. Une fois que l’enfant se sent en sécu­rité dans des bras accueil­lants, le sys­tème parasym­pa­thique prend le relais : le rythme car­diaque ralen­tit, la res­pi­ra­tion rede­vient pro­fonde et régulière, les mus­cles se relâchent, le sang retourne au cerveau. C’est comme si une petite voix dis­ait : « Main­tenant, je suis à nou­veau prêt(e) à affron­ter le monde ! ». L’amour par­fait ban­nit la crainte, aus­si bien dans l’univers physique que spir­ituel. Avec un Dieu aus­si ten­dre, affectueux, apaisant, mais qui est égale­ment une forter­esse, un rocher inébran­lable, on peut faire face aux assauts de la vie, et ain­si, devenir plus fort.