Le Psalmiste dit : « Alors tu par­las dans une vision à tes fidèles et tu dis : […] J’ai trou­vé David, mon servi­teur, je l’ai oint de mon huile sainte. C’est lui que ma main sou­tien­dra ; mon bras le for­ti­fiera » (v.20–22). Les grandes visions précè­dent tou­jours les grandes réal­i­sa­tions. C’est Dieu qui dis­tribue les grandes visions, alors deman­dez-lui de vous en don­ner un échan­til­lon. La vision fait naître des objec­tifs, ali­mente le feu intérieur et fait avancer en dépit des risques et des obsta­cles. Pour com­pren­dre le mot « vision », il faut savoir ceci : 1) une vision vient de Dieu. Il sait de quoi vous êtes capa­ble. Oubliez-vous jusqu’à votre pro­pre vie quand vous êtes en quête de votre vision ? Sinon, vous passez à côté du poten­tiel que Dieu vous a don­né. Si après avoir demandé une vision à Dieu vous n’en avez tou­jours pas, envis­agez de vous associ­er à quelqu’un dont la vision vous par­le. 2) une vision s’inspire de votre his­toire. Elle n’a rien de mys­tique. Elle découle de vos expéri­ences passées et de l’histoire de vos proches. 3) une vision répond aux besoins des autres. Elle va bien au-delà de ce qu’une seule per­son­ne peut accom­plir. Elle inclut les autres et les bénit. Sinon elle est prob­a­ble­ment trop étroite. 4) une vision attire les ressources. Comme un aimant, elle capte, motive et réu­nit les per­son­nes. Elle rassem­ble égale­ment les ressources matérielles. Plus votre vision est grande, plus elle attir­era de croy­ants. Et plus elle est ambitieuse, plus les gens se bat­tront pour y par­ticiper.