Parole du Jour
Parole du Jour 
Atten­dre Dieu !
/

Quand l’impatience pousse à des actes irréfléchis, on peut faire du mal à soi et aux autres. Par­fois Dieu tarde à répon­dre à nos prières, alors on décide de pren­dre les choses en mains pour un résul­tat peu con­clu­ant. Quand Dieu nous demande d’attendre, il dit : « Laisse-moi gér­er le quand, le com­ment et le pourquoi, et tout va s’arranger. » David a écrit : « Oh ! Si je n’é­tais pas sûr de con­tem­pler la bon­té de l’Éter­nel sur la terre des vivants ! Espère en l’Éter­nel ! For­ti­fie-toi et que ton cœur s’af­fer­misse ! Espère en l’Éter­nel ! » (v.13–14). Il peut être dif­fi­cile d’at­ten­dre le Seigneur. Il est beau­coup plus facile de per­dre son calme dans le feu de l’ac­tion. Qui n’a jamais pris des déci­sions hâtives sans prier et fini par le regret­ter ? La sit­u­a­tion actuelle sera-t-elle dif­férente ? Aucune chance ! Que veut-on ? Un soulage­ment tem­po­raire ou une solu­tion per­ma­nente ? La hâte pro­duit du déchet ! Elle provoque des choses qu’on finit par regret­ter et pour lesquelles on doit s’excuser, ou pire, se jus­ti­fi­er ! L’impulsivité du roi Saül lui a causé de sérieux ennuis. Au lieu d’at­ten­dre que le prophète Samuel et les prêtres offrent un sac­ri­fice à Dieu pour assur­er la vic­toire sur les Philistins, Saül s’im­pa­tiente, usurpe le rôle de prêtre et offre lui-même l’holocauste. Lorsque Samuel lui demande pourquoi, il répond qu’il s’est sen­ti obligé (voir 1S 13.12). Alors Samuel lui dit : « Tu as agi en insen­sé […]. Main­tenant ton règne ne tien­dra pas » (v.13–14). Finale­ment, il vaut mieux atten­dre Dieu.