"Parole du Jour me réconforte, me vivifie, m'interpelle, me remet en question. En bref, cela me fait un bien fou et ma journée se passe dans le calme, la paix et la joie." Daisy Je fais un don

Le doigt de Dieu est dans la pierre. Pourquoi croyez-vous que Dieu a gravé les dix com­man­de­ments dans la pierre ? Parce que ses lois ne changent pas. Vous dites : « Mais com­ment va-t-il juger tous ces gens qui n’ont jamais enten­du la Parole de Dieu ? » Paul répond : « Quand des étrangers, qui ne con­nais­sent pas la loi de Dieu, la met­tent d’eux-mêmes en pra­tique, c’est comme s’ils la por­taient au-dedans d’eux, bien qu’ils ne l’aient pas. Ils prou­vent ain­si que la pra­tique ordon­née par la loi est inscrite dans leur cœur. Leur con­science en témoigne égale­ment, ain­si que leurs pen­sées qui par­fois les accusent et par­fois les défend­ent » (Ro 2.14–15, BFC). Votre con­science agit comme une bous­sole. Suiv­ez-la et elle vous met­tra sur la bonne voie. Mais si vous ignorez ses aver­tisse­ments, sa voix devien­dra de plus en plus faible, jusqu’à ne plus être audi­ble. Le dan­ger est grand. Paul écrit : « Garde la foi et une bonne con­science. Quelques-uns ont refusé d’é­couter leur con­science et ont causé ain­si le naufrage de leur foi » (1Ti 1.19, BFC). Imag­inez-vous sur un pont au-dessus d’un étang. Vous jetez un galet dans l’eau et des ondes se propa­gent à la sur­face. Regardez l’effet pro­duit par ce tout petit galet ! En revanche, lorsqu’en hiv­er, le même étang est gelé, vous pou­vez le tra­vers­er en camion sans que rien ne bouge. Votre con­science est comme cet étang. Si vous con­tin­uez à désobéir à Dieu, votre cœur s’endurcit, et vous ne l’entendez plus vous par­ler. Paul écrit : « Je m’ex­erce à avoir con­stam­ment une con­science irréprochable devant Dieu et devant les hommes » (Ac 24.16). Voilà un bon con­seil à suivre !