Dans la vie, les rela­tions ami­cales sont sou­vent pro­vi­soires et factuelles. Mais les liens famil­i­aux durent pour tou­jours. Par­fois les rela­tions ont une date lim­ite. Alors ne deman­dez pas à ceux qui s’en vont de rester, de vous aimer, de vous appel­er, de pren­dre soin de vous, de venir vous voir ou de vous rester attaché(e). Votre des­tin n’est pas lié à ceux qui vous aban­don­nent. Jean écrit : « Ils sont sor­tis de chez nous, mais ils n’é­taient pas des nôtres ; car, s’ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous ; mais de la sorte, il est man­i­feste que tous ne sont pas des nôtres ». Les gens s’en vont parce qu’ils n’ont pas de liens avec vous. Dans ce cas, n’essayez pas de les retenir. Pour autant ils ne sont pas mau­vais, mais mal­gré tout votre his­toire com­mune s’achève. Vous devez savoir quand une rela­tion est ter­minée et dire gen­ti­ment adieu, sachant que Dieu pour­voira aux rela­tions qu’il vous des­tine. Cessez de vouloir retenir les gens, lais­sez-les par­tir ! S’accrocher à une rela­tion qui touche à sa fin vous bris­era le cœur. Après que Lot l’ait quit­té, Abra­ham a béné­fi­cié de bien plus de béné­dic­tions. Quand Oprah a quit­té Nao­mi pour retourn­er à Moab, Ruth est restée avec elle et Dieu les a bénies toutes les deux. Il vous faut savoir qui fait par­tie de votre exis­tence et qui n’en fait pas par­tie. Si vous vous accrochez à ces derniers, voici votre parole du jour : ne les retenez pas !