Dès les pre­miers chapitres de la Genèse, il est clair qu’une rela­tion avec Dieu est le fonde­ment de toute vie. Bâtir son exis­tence sur quoi que ce soit d’autre revient à le faire sur des sables mou­vants. Pourquoi ? Parce que tôt ou tard les rela­tions avec la famille ou les amis vont se détéri­or­er. Si on ne com­prend pas qu’on a été créé avec une soif intense de rela­tion avec Dieu, on ignore d’où vient le vide intérieur que par­fois on ressent. Résul­tat, on cherche en vain à le rem­plir avec trois choses : 1) les gens. Avoir la bonne per­son­ne dans sa vie peut certes aider à combler un besoin d’amour et d’in­tim­ité émo­tion­nelle, mais per­son­ne d’autre que Dieu ne peut combler un vide spir­ituel. 2) les objets. Le matériel est source de con­fort. L’ar­gent donne l’occasion de faire le bien. Les moins for­tunés ne peu­vent qu’en rêver. Mais on peut être riche tout en restant seul et mal­heureux. 3) la reli­gion. Dieu n’en a cure. Il ne s’intéresse qu’à la rela­tion qu’il entre­tient avec chacun(e). La reli­gion ne devient sig­ni­fica­tive que lorsqu’elle ren­force cette rela­tion, ce qu’elle ne fait pas tou­jours. Sou­vent, les dogmes religieux devi­en­nent des élé­ments dis­suasifs pour une rela­tion avec Dieu. La Bible regorge de per­son­nages religieux qui ont com­plète­ment man­qué leur ren­dez-vous avec Dieu. Par­fois, les idéolo­gies, les enseigne­ments, les doc­trines et principes sont si prenants qu’on en oublie l’essentiel : une rela­tion per­son­nelle, intime, quo­ti­di­enne, faite de dia­logue et d’écoute avec Dieu.