Le célèbre fab­u­liste Ésope a dit : « Un acte de gen­til­lesse, même petit, n’est jamais per­du. » Un pas­teur a écrit quelque chose de sim­i­laire : « Être méchant est coû­teux, mais être gen­til est payant. » Cepen­dant être aimable ne sig­ni­fie pas tolér­er le mal ou refuser d’affronter un prob­lème pour être poli­tique­ment cor­rect. Par­fois, on doit réa­gir, mais de façon aimable. Une atti­tude calme aura plus d’effet qu’un com­men­taire sévère et un ton sec. On peut alors faire val­oir son point de vue avec bien­veil­lance et humour. On peut faire comme cet homme sur le point d’acheter un bil­let d’avion. Quand son tour arrive, il dit à l’employé : « Un bil­let pour New York, s’il vous plaît. » L’agent lui demande : « Com­bi­en de bagages avez-vous ? » Et l’homme de répon­dre : « J’en ai trois. Mais je veux en envoy­er un à Phoenix, le deux­ième à Seat­tle et le troisième à Lon­dres. » L’employé le regarde, aba­sour­di, et s’exclame : « Je suis désolé, mais c’est impos­si­ble ! » L’homme sourit et dit : « Je ne vois pas pourquoi : c’est exacte­ment ce que vous avez fait la semaine dernière ! » Il est plus effi­cace de faire val­oir son point de vue avec un couteau à beurre qu’avec un couteau de bouch­er. N’oublions pas : « Les paroles de la bouche du sage sont pleines de grâce ; mais les lèvres de l’in­sen­sé causent sa perte ». Si nous voulons vrai­ment vivre selon les enseigne­ments de la Parole de Dieu, essayons d’être plus gra­cieux aujourd’hui.