Rien ne réjouit plus que de savoir que l’on fait la volon­té de Dieu. Ni gloire, ni richesse, ni plaisir, rien ne se com­pare au fait de savoir que Dieu approu­ve ce que vous faites chaque jour. Est-ce que faire la volon­té de Dieu est tou­jours facile ? Non ; c’est plaisant mais par­fois ardu. En effet, plus votre mis­sion don­née par Dieu est grande, plus l’Ennemi vous attaque. Mais vous êtes en joie car vous savez que Dieu vous for­ti­fie pour faire, par la puis­sance de son Esprit, ce que vous ne pour­riez jamais faire par vous-même. Donc, dans ce sens, l’at­taque de Satan est la con­fir­ma­tion que vous êtes vrai­ment dans la volon­té de Dieu ! Paul écrit : « Par les travaux, bien plus ; par les empris­on­nements, bien plus ; par les coups, bien davan­tage. Sou­vent en dan­ger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quar­ante coups moins un, trois fois j’ai été bat­tu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Sou­vent en voy­age, exposé aux dan­gers des fleuves, aux dan­gers des brig­ands, aux dan­gers de la part de mes com­pa­tri­otes, aux dan­gers de la part des païens, aux dan­gers de la ville, aux dan­gers du désert, aux dan­gers de la mer, aux dan­gers par­mi les faux frères, au tra­vail et à la peine ; sou­vent dans les veilles, dans la faim et dans la soif ; sou­vent dans les jeûnes, dans le froid et le dénue­ment. Et sans par­ler du reste, ma préoc­cu­pa­tion quo­ti­di­enne : le souci de toutes les Églis­es ! Qui est faible, que je ne sois faible ? » (2Co 11.23–29). Alors réjouis­sez-vous de faire la volon­té de Dieu !