Parole du Jour
Parole du Jour 
Un suc­cès au goût d’inachevé ?
/

En 1987, la star du base­ball Kir­by Puck­ett voit un rêve d’en­fant se réalis­er lorsqu’il mène son équipe à la vic­toire en Série mon­di­ale. Un de ses coéquip­iers décrit la scène dans le ves­ti­aire après leur vic­toire. Il racon­te les étreintes, les cris, les rires, le tra­di­tion­nel arrosage au cham­pagne et la remise du trophée. Mais il n’oubliera jamais les dix min­utes suiv­ant le début des réjouis­sances, quand il remar­que Puck­ett, d’habitude si exubérant, assis en silence sur un tabouret loin de tous. Cet ami se fraye un chemin entre les médias, les joueurs et les entraîneurs, s’as­soit à côté de lui et lui demande à quoi il pense. Avec une pro­fonde tristesse dans les yeux, Puck­ett lui con­fie : « Si c’est là tout ce qui compte, la vie est bien vide. » On peut avoir un tra­vail pas­sion­nant, un salaire astronomique, une superbe mai­son, une famille mer­veilleuse, une san­té de fer, être cham­pi­on au golf, et mal­gré tout ne pas con­naître la paix. Et nom­breux sont ceux qui vivent la même chose. Le roi Salomon était en son temps plus riche et plus célèbre que tous les mil­liar­daires actuels réu­nis. Il a pour­tant écrit : « J’ai envis­agé tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j’avais prise à les faire ; et voici que tout est van­ité et pour­suite du vent » (Ec 2.11). Et voici sa solu­tion : « Con­fie-toi en l’Éter­nel de tout ton cœur, et ne t’ap­puie pas sur ton intel­li­gence. Recon­nais-le dans toutes tes voies, et c’est lui qui aplani­ra tes sen­tiers » (Pr 3.5–6).