Jésus a dit : « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, laisse-le te gifler aus­si sur la joue gauche ». À l’époque, la société se fonde autour de la honte et de l’honneur. La main gauche était con­sid­érée comme impure. Elle ne devait servir ni pour manger ni pour frap­per. Un coup sur la joue droite se don­nait donc avec le revers. C’é­tait une insulte publique. Une gifle en revers était réservée à un être inférieur, comme un esclave ou un enfant. Alors, si l’on vous insulte, que faire ? Logique­ment, soit on riposte, soit on se pro­tège. Jésus dit que votre assur­ance et votre hon­neur sont entre les mains de votre Père céleste. Alors main­tenant, soyez original(e). Ten­dez donc l’autre joue. L’ennemi ne peut pas frap­per notre joue gauche du revers. S’il vous frappe de la paume, il vous traite en égal, ce qu’il ne veut pas faire. Il doit donc trou­ver un moyen paci­fique de résoudre le con­flit. Alors, qui vous insulte ? Qui vous gifle d’un revers ? Un col­lègue qui dén­i­gre votre tra­vail ? Une sœur qui vous accuse à tort ? Un par­ent qui vous rabaisse ? Quel est votre pre­mier réflexe : peur ou repré­sailles ? Avec le Saint-Esprit, il y a une nou­velle option. Ne courez pas et ne vous cachez pas. Ne ripostez pas. Affron­tez l’autre per­son­ne sans détour. Soyez créatif, patient et act­if. Tra­vaillez avec amour à la réc­on­cil­i­a­tion. C’est pourquoi la Bible appelle la vie chré­ti­enne une « voca­tion céleste » (Ph 3.14). Alors la prochaine fois que quelqu’un vous énerve, prenez de la hau­teur.