"Bonjour, Je voulais vous remercier pour tous ces messages quotidiens qui me font du bien. Ils confirment souvent ce que je vis et me donnent beaucoup de réponse. Cela me rapproche de Dieu." Michèle Je fais un don

Salomon a écrit : « Hon­ore l’Éter­nel avec tes biens et avec les prémices de tout ton revenu : alors tes gre­niers seront abon­dam­ment rem­plis, et tes cuves regorg­eront de vin nou­veau » (v.9–10). Ces mots s’adres­saient à des gens qui vivaient de leurs ter­res et de leur bétail. À chaque nou­velle mois­son ou nou­velle nais­sance d’une bête, ils appor­taient la pre­mière gerbe ou l’ag­neau pre­mier né au tem­ple et l’of­fraient au Seigneur. On appelait cela des « prémices ». Par ce geste, ils recon­nais­saient : « Tout ce que j’ai vient de Dieu, et appar­tient à Dieu. Et tout ce dont j’au­rais besoin pour l’avenir dépend de la bon­té de Dieu envers moi. » Pour gér­er votre argent, vous n’en­ten­drez jamais de principe plus impor­tant que celui-ci : don­nez à Dieu vos « prémices », non vos restes ! L’homme d’af­faires Arthur DeMoss était un grand bien­fai­teur qui avait con­sacré des mil­lions à l’œuvre de Dieu et lais­sé der­rière lui une fon­da­tion pour per­pétuer son héritage. DeMoss dis­ait que pour réus­sir, il vous faudrait don­ner à Dieu le pre­mier dix­ième de chaque dol­lar, la pre­mière heure de chaque jour, et le pre­mier jour de chaque semaine. Il n’y a pas meilleure façon d’avoir du suc­cès dans la vie. Vous dites : « Alors Dieu ne va pas m’aimer si je ne paie pas la dîme ? » Faux ! Vous ne pou­vez rien faire pour mérit­er l’amour de Dieu, mais vous devez par­fois agir pour vivre chaque jour ses béné­dic­tions. Et l’une de ces actions est de lui don­ner le pre­mier dix­ième de vos revenus. Si vous le faites, en ter­mes agri­coles, « [vos] gre­niers seront abon­dam­ment remplis ».