Par­fois vous êtes appelé(e) à faire face à un com­porte­ment qui vous affecte de manière néga­tive. Jésus dit : « Si ton frère a péché, reprends-le, et, s’il se repent, par­donne-lui ». Pour autant ça ne vous donne pas le droit de dévers­er votre colère sur lui. Jésus a dit aus­si : « S’il pèche con­tre toi sept fois dans un jour, et que sept fois il revi­enne à toi, en dis­ant : je me repens, tu lui par­don­neras » (v.4). Et voici une autre pen­sée : respectez la déci­sion de l’autre de ne pas vouloir pour­suiv­re votre rela­tion. Peut-être ne doit-il pas faire par­tie de votre vie ou vous de la sienne. Rap­pelez-vous votre dernière séance de shop­ping. Avez-vous acheté chaque arti­cle que vous avez regardé ? Bien sûr que non. Y avez-vous renon­cé parce qu’il était de mau­vaise qual­ité ? Sûre­ment pas. Vous avez sim­ple­ment décidé qu’il n’était pas pour vous. Si vous subis­sez une forme de rejet qui vous rend per­plexe, ten­tez d’en com­pren­dre les raisons. La Bible dit : « Les blessures d’un ami sont dignes de con­fi­ance, les bais­ers d’un enne­mi sont trompeurs » (Pr 27.6). Il est par­fois sage de dire : « J’aimerais avoir ton retour pour avancer. Mon objec­tif ici n’est pas de repren­dre notre rela­tion, mais juste savoir ce qui t’a décidé(e) à y met­tre fin. J’apprécierais ta sincérité. » Assurez-vous de ren­voy­er une atti­tude pos­i­tive. Écoutez objec­tive­ment, ne soyez pas sur la défen­sive. Vous vous informez. Soyez prêt(e) à chang­er s’il y a lieu.