La Bible nous assure que Dieu n’est pas pau­vre : « L’ar­gent est à moi, et l’or est à moi, ora­cle de l’Éter­nel des armées » (Ag 2.8). « Tous les ani­maux de la forêt sont à moi, toutes les bêtes des mon­tagnes par mil­liers » (Ps 50.10). Main­tenant, deman­dez-vous : si vous étiez mil­liar­daire, seriez-vous heureux de voir vos enfants courir en hail­lons et avoir faim ? Non ? Eh bien, Dieu non plus ! Paul écrit : « Vous con­nais­sez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ qui pour vous s’est fait pau­vre de riche qu’il était, afin que par sa pau­vreté vous soyez enrichis » (2Co 8.9). Vous avez peut-être lu ce ver­set et pen­sé que Paul par­lait de richesse spir­ituelle et non matérielle. Si c’est le cas, vous avez fait fausse route. Relisez bien ce pas­sage et réfléchissez : Jésus a‑t-il jamais été pau­vre en esprit ? Non, le ver­set dit bien ce qu’il veut dire : « afin que […] vous soyez enrichis ». Cela dit, la richesse est une notion changeante selon les gens. Dans cer­tains pays, on est riche avec un toit au-dessus de sa tête, juste de quoi manger, et un vélo pour aller tra­vailler. Le con­cept de prospérité dont par­le la Bible est très mal util­isé et large­ment incom­pris. La prospérité sig­ni­fie sim­ple­ment « avoir assez pour faire la volon­té de Dieu ». Dieu a‑t-il une volon­té pour votre vie ? Oui. Veut-il que vous ayez assez d’ar­gent pour accom­plir sa volon­té ? Oui. C’est le plan de Dieu pour vous !