Si Dieu vous appelle à un des­tin pré­cis, ça ne va pas plaire à tout le monde. « Il y eut toute­fois des vau­riens, qui dis­aient : Quoi ! c’est celui-ci qui nous sauvera ! Ils le méprisèrent et ne lui apportèrent aucun présent, mais Saül gar­da le silence ». Saül reste imper­méable à ces cri­tiques. En clair, ce n’est pas à vous de con­va­in­cre les autres de votre appel ; c’est à eux de le dis­cern­er. La Bible dit : « Les cadeaux d’un homme lui élar­gis­sent la voie » (Pr 18.16). Ce sont vos tal­ents et ce qu’ils pro­duisent qui vali­dent votre appel : « Samuel dit à Saül : […]. Arrête-toi main­tenant […] et je te ferai enten­dre la parole de Dieu » (1S 9.27). Après avoir enten­du la voix de Dieu, vous ignorez les cri­tiques. Sa présence vous ras­sure, sa Parole dirige vos pas et sa paix calme votre tem­pête intérieure. Les paroles flat­teuses ne vous enflent pas d’orgueil car vous avez les pieds bien sur terre et les direc­tives de Dieu sont claires. Nul besoin de la louange des autres car votre con­fi­ance en lui vous comble entière­ment. Après avoir enten­du la voix de Dieu, votre atti­tude change tout de suite. Vous abor­dez l’avenir avec calme, assur­ance et sérénité. Dieu a par­lé, ses paroles ont répon­du à toutes les ques­tions. L’avenir vous le prou­vera. Voici un ver­set impor­tant à retenir : « Il ne faut pas mépris­er la petitesse des pre­miers travaux » (Za 4.10, BFC). Ne vous com­parez pas aux autres et ne vous déval­orisez pas à vos pro­pres yeux, mais réjouis­sez-vous de chaque pas de foi sur le chemin de la des­tinée que Dieu a prévue pour vous.