"Bonjour, Je voulais vous remercier pour tous ces messages quotidiens qui me font du bien. Ils confirment souvent ce que je vis et me donnent beaucoup de réponse. Cela me rapproche de Dieu." Michèle Je fais un don

Un bon mariage est con­stru­it sur des sac­ri­fices mutuels. Pour obtenir Ève, Adam a dû sac­ri­fi­er une par­tie de son corps : une côte. Votre femme saura que vous l’aimez si vous êtes prêt à lâch­er ce qui est impor­tant pour vous afin de répon­dre à ses besoins et faire son bien-être. Trop d’hommes veu­lent se mari­er et garder leurs réflex­es de céli­bataires. Ils ne veu­lent rien sac­ri­fi­er au béné­fice de leur épouse. Ils ne veu­lent pas une femme, ils veu­lent une bonne à tout faire. Ils veu­lent se mari­er pour être servis. Non, c’est l’in­verse ! La Bible dit que vous et votre femme êtes cohéri­tiers. Ça veut dire que vous êtes parte­naires égaux. Il faut donc tenir compte de ses opin­ions. Bien sûr, comme chef de famille, vous pren­drez peut-être la déci­sion finale, mais si vous oubliez son avis et nég­ligez son point de vue, la « lune de miel » peut vite se chang­er en « lune de fiel ». Si elle se sent choyée et val­orisée, votre épouse répon­dra à vos attentes. Vous dites : « Mais ma femme est froide comme la glace ! » Com­ment en est-elle arrivée là ? La glace ne tient que dans un milieu froid. Au lieu de vous plain­dre, appliquez-vous donc à chang­er votre envi­ron­nement. Les maris sont des ther­mostats et les femmes des ther­momètres. En fonc­tion du cli­mat que les maris déter­mi­nent, les femmes s’é­panouis­sent ou s’é­ti­o­lent. Votre femme n’est pas « froide » sans rai­son. Il y a une solu­tion : Réchauf­fez-la et regardez-la fon­dre ! Si vous com­mencez à l’aimer, la soutenir, la choy­er et la pro­téger comme Christ l’a fait pour l’Église, vous aurez dans vos bras une toute nou­velle femme. Essayez et vous verrez.