Jésus a dit à l’Église d’Éphèse : « Je con­nais tes œuvres, ton tra­vail et ta per­sévérance. Je le sais, tu ne peux sup­port­er les méchants, tu as éprou­vé ceux qui se dis­ent apôtres et ne le sont pas, et tu les as trou­vés menteurs. Tu […] as souf­fert à cause de mon nom et tu ne t’es pas lassé. Mais j’ai con­tre toi que tu as aban­don­né ton pre­mier amour. Sou­viens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et pra­tique tes pre­mières œuvres » (v.2–5). Pensez aux pre­miers temps qui ont suivi votre con­ver­sion. Sou­venez-vous de votre exci­ta­tion à par­ler du Seigneur. Rap­pelez-vous com­ment vous passiez du temps chaque jour dans la prière et laissiez sa présence vous ren­forcer. Vous n’étiez jamais rassasié(e) de sa Parole. Elle était pleine de nou­velles idées qui ravis­saient votre âme et vous inci­taient à suiv­re Jésus. Vous n’aviez jamais man­qué une occa­sion de témoign­er. Votre marche avec lui était évi­dente, épanouis­sante et cen­trale dans votre vie. Qu’est-il arrivé ? En êtes-vous au même point que les chré­tiens d’Éphèse aux­quels Jésus par­lait ? Si c’est le cas, com­prenez que Dieu ne vien­dra pas alléger votre emploi du temps chargé ou accélér­er son tem­po pour vous rat­trap­er. Non, vous devez ralen­tir pour revenir en phase avec lui. Il n’a pas de place dans votre vie com­pliquée. Il faut lui ren­dre la pri­or­ité et s’y tenir. Aujourd’hui, le Seigneur vous dit peut-être ces mots : « Sou­viens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et pra­tique tes pre­mières œuvres ».