Les per­son­nes qui ont frôlé la mort de très près vous don­neront des témoignages édi­fi­ants dont voici un exem­ple : « Je me rends compte main­tenant à quel point la vie est frag­ile et pré­cieuse. J’ai décidé de pass­er moins de temps au tra­vail et plus de temps avec ma femme et ma famille. J’ai une empathie renou­velée pour les autres, davan­tage de com­préhen­sion et de sym­pa­thie pour eux. Je con­nais le Seigneur d’une manière beau­coup plus pro­fonde et plus riche qu’avant. » Au lieu de se dire : « Pourquoi Seigneur ? » ces per­son­nes se deman­dent : « Que veux-tu m’apprendre à tra­vers cette expéri­ence ? » Nous ne sommes pas lents à appren­dre, mais rapi­des à oubli­er. Voilà pourquoi Dieu dit à son peu­ple : « Recon­nais­sez aujour­d’hui […] sa grandeur ». Alors, au lieu de deman­der à Dieu d’améliorer votre sit­u­a­tion, deman­dez-lui d’utiliser votre sit­u­a­tion pour vous amélior­er. La vie n’est pas une matière option­nelle, alors autant faire de son mieux pour la réus­sir. Dieu est à l’œuvre dans votre vie, que vous en soyez conscient(e) ou non. « Ce n’est pas volon­tiers qu’il hum­i­lie et qu’il afflige les fils d’homme » (La 3.33). Dieu ne prend pas plaisir à vos souf­frances, mais il se réjouit de vos pro­grès. « Celui qui a com­mencé en vous une œuvre bonne, en pour­suiv­ra l’achève­ment » (Ph 1.6). Il ne va pas échouer car il est infail­li­ble ! Il va vous ren­dre « aptes à tout ce qui est bien pour faire sa volon­té » (Hé 13.21). Chaque défi, grand ou petit, vous équipe pour l’avenir que Dieu a prévu pour vous.