Oliver Wendell Holmes, juge à la Cour Suprême, a perdu son billet de train. Le voyant chercher, passablement irrité, l’employé lui dit : « Tout va bien, votre Honneur, tout le monde vous connaît et vous fait confiance. Vous n’aurez qu’à le poster plus tard. » Le juge répond : « Je me fiche de retrouver mon billet, mais je veux juste savoir où je vais ! » Avoir des objectifs vous permet de savoir où aller dans la vie. La moitié des gens autour de vous ne savent pas où ils vont. Parmi les autres, 40 % sont ballottés au gré du vent. Les 10 % restants savent où ils aimeraient aller, mais beaucoup d’entre eux ne sont pas prêts à en payer le prix. Ce qui permet à Jésus de supporter l’infamie de la croix, c’est sa vision de la résurrection et d’une Église qui un jour changera le monde (voir Hé 12.2). Moïse renonce aux fastes du palais de Pharaon parce qu’il imagine déjà la Terre Promise (voir Hé 11.24–27). Un patron a dit : « Donnez‐moi un commis avec un objectif, et je vous offrirai quelqu’un qui fera l’histoire. À l’inverse, donnez‐moi une personne sans but et je vous rendrai un commis. » En fait, pendant que vous travaillez à vos objectifs, vos objectifs vous travaillent. Les bénéfices que vous retirez de leur réussite sont bien moins importants que ce que vous devenez pendant le processus. Alors, quels sont vos objectifs ? Sont‐ils assez clairs pour être notés, assez courts pour tenir dans un paragraphe, assez forts pour vous aider à persévérer, et assez valeureux pour le prix à payer ? Dans ce cas vous les verrez s’accomplir.