Cette médi­ta­tion vous est pro­posée gra­tu­ite­ment par PHARE MEDIA. En savoir plus

Un employé de bureau aimait faire une blague aux nou­veaux arrivants. Il s’ap­prochait d’eux et mur­mu­rait : « Ils savent ce que vous avez fait », puis s’éloignait en souri­ant. Tout d’abord, la per­son­ne était per­plexe, puis inquiète et se dis­ait : « Mais qu’est-ce que j’ai fait ? » Puis : « Ils, c’est qui ? Que savent-ils ? Que dis­ent-ils de moi ? » Et puisque même les inno­cents ont ten­dance à se sen­tir coupables, le nou­v­el employé était nerveux toute la journée. C’est comme ça que Satan agit ! Il sème le doute dans les esprits ! Mais voici une bonne nou­velle : « Il a été pré­cip­ité, l’ac­cusa­teur de nos frères […]. Ils l’ont vain­cu à cause du sang de l’Ag­neau et à cause de la parole de leur témoignage » (v.10–11). Voici une stratégie infail­li­ble pour le faire taire : lui rap­pel­er que le sang de Jésus-Christ nous a puri­fiés de tout péché. Tout comme Jésus a vain­cu Satan dans le désert, on peut le vain­cre en s’appuyant sur la vérité de la Parole de Dieu. Le sen­ti­ment d’être con­damné ne vient pas de Dieu. Au con­traire, il veut qu’on sache qu’on est aimé, par­don­né et pleine­ment accep­té. Paul écrit : « Qui accusera les élus de Dieu ? […] Le Christ-Jésus […] est ressus­cité, il est à la droite de Dieu, et il inter­cède pour nous » (Ro 8.33–34). Alors ces­sons de nous fustiger. Jésus est venu pour nous sauver et nous dire que le châ­ti­ment du péché a été ôté et qu’il n’a plus de pou­voir sur nous. Aujour­d’hui, Dieu nous voit comme juste. Et c’est ain­si que vous devez vous con­sid­ér­er (voir 2Co 5.21).

Pour soutenir PHARE MEDIA, faites un don.