Sur la compassion du Christ, la Bible nous enseigne deux autres points. 1) Elle sait de quoi les autres ont besoin. Paul écrit à propos de Jésus : « Nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous » (Hé 4.14–15). Jésus nous comprend, quel réconfort ! Quelle que soit la situation qu’on affronte, Jésus dit : « Je peux en parler. Je suis passé par là. » Pression ? Rejet ? Douleur ? Tentation ? Calomnie ? Mensonges ? Fausses accusations ? Il comprend parce qu’il a tout connu. 2) Elle répond aux besoins des autres. Elle ne se contente pas de les identifier et d’en parler. Vous êtes appelé(e) à agir de manière concrète, sinon votre compassion n’a aucun sens. Jésus a guéri les malades, nourri les affamés et annoncé l’Évangile aux perdus. La compassion n’a pas de limite. Elle parraine un enfant qui a faim, aide à changer un pneu sur le bord de la route, apporte un repas à une veuve et écoute patiemment une personne qui a besoin d’un ami. La compassion se salit les mains, rédige des chèques, sacrifie son propre agenda, ses désirs et ses rêves pour aider les autres. La Bible dit : « Dieu a oint d’Esprit Saint et de puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient sous l’oppression du diable ; car Dieu était avec lui » (Ac 10.38). Quelle est votre principale préoccupation dans la vie : paraître bien ou faire le bien ? Si vous voulez ressembler davantage à Jésus, vous connaissez déjà la réponse !