Cette médi­ta­tion vous est pro­posée gra­tu­ite­ment par PHARE MEDIA. En savoir plus

On dit que « le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre ». Jacob en est un exem­ple. Sur son lit de mort, au lieu de bénir ses fils Siméon et Levi, il les mau­dit à cause de leur colère (voir Ge 49.7). Mais leur com­porte­ment n’a rien de sur­prenant. En fait, ils ont suivi l’exemple de leur père lorsque lui-même a trompé le sien (voir Ge 27) et son beau-père avec l’aide de leur mère (voir Ge 30). Les com­porte­ments sont hérédi­taires. Les atti­tudes et les actes impactent les enfants en bien ou en mal. La Parole de Dieu dit : « Donne de bonnes habi­tudes à l’en­fant dès l’en­trée de sa vie : il les con­servera jusque dans sa vieil­lesse » (Pr 22.6, BFC). Vos enfants n’héritent pas seule­ment de votre physique, mais aus­si des valeurs et des sen­ti­ments que vous leur mon­trez. Ne les impliquez pas dans vos querelles. La Bible affirme : « Seuls les sots se met­tent en colère facile­ment » (Ec 7.9, PDV). Il est si facile de pass­er sa colère sur ses enfants. Et même si elle n’est pas dirigée con­tre eux, ils en subis­sent les effets. Si votre patron vous rép­ri­mande et que vous n’osez pas répli­quer, vous ren­trez chez vous de mau­vaise humeur avec une grosse migraine et tout le monde autour de vous doit marcher sur des œufs. Bais­sez d’un ton ! Ne lais­sez pas explos­er votre colère. Le roi David a bril­lé sur le champ de bataille, mais a eu du mal dans son foy­er. Voilà pourquoi l’un de ses derniers psaumes dit : « Éter­nel, veille sur ma bouche, garde la porte de mes lèvres » (Ps 141.3).

Pour soutenir PHARE MEDIA, faites un don.