Certains se complaisent dans le conflit. Ils sont sans cesse en train de harceler les autres, se disputer avec tout le monde, être à tout propos en désaccord. Ils trouvent toujours un motif pour se quereller. Ils se bagarrent juste pour le plaisir, non pour un motif louable. Ils sautent sur la moindre occasion de se battre et gaspillent leur énergie dans des affaires qui ne les concernent pas. Ces gens paraissent sûrs d’eux, mais prennent pourtant des décisions malvenues. Il leur faut toujours avoir le dernier mot pour se sentir bien. On se met donc à les éviter et ils perdent toute crédibilité à nos yeux. Quand il s’agit des relations avec les autres, « la sagesse d’en-haut » est indispensable. Si vous l’avez, nul besoin de mettre les autres au tapis juste pour montrer votre force et votre supériorité. La vraie confiance en soi, qui comprend l’aptitude à prendre les bonnes décisions, provient de l’intérieur. Jacques a écrit : « La sagesse d’en-haut est d’abord pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, sans partialité, sans hypocrisie. Le fruit de la justice est semé dans la paix par les artisans de paix » (v.17–18). Quand vous agissez en accord avec ces principes bibliques, vous saurez quelle bataille mérite votre implication. Si vous avez en vue la récompense que Dieu met devant vous, vous réalisez que certaines choses ne méritent ni votre temps, ni votre attention. Alors, vous prendrez de meilleures décisions pour vous et pour les autres.