Il est vain de vouloir s’accrocher à quelqu’un quand Dieu vous dit de le laiss­er par­tir. Si vous n’obéis­sez pas à Dieu, la tem­pête dans laque­lle vous vivez ne fera que s’ag­graver, comme dans l’histoire de Jonas. La Bible relate : « La mer était de plus en plus démon­tée. [Jonas] leur répon­dit : Prenez-moi, jetez-moi dans la mer et la mer se calmera envers vous ; car je sais que c’est moi qui attire sur vous cette grande tem­pête. Ces hommes ramaient pour gag­n­er la terre ferme, mais ils ne le purent, parce que la mer était tou­jours plus démon­tée con­tre eux. Alors ils invo­quèrent l’Éter­nel et dirent : Éter­nel, nous t’en pri­ons, que nous ne péris­sions pas à cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas d’un sang inno­cent ! Car toi, Éter­nel, tu as agi comme tu l’as voulu. Puis ils prirent Jonas et le jetèrent dans la mer, et la fureur de la mer s’ar­rê­ta » (v.11–15). Dieu a un plan pour les « Jonas » dont vous vous occu­pez, et sans doute devront-ils touch­er le fond avant de se relever. En per­sis­tant à vouloir les sauver, vous con­tre­car­rez et retardez le plan de Dieu. Certes Jonas aimait Dieu, mais il rechig­nait à faire sa volon­té. Dieu a donc dû employ­er les grands moyens pour attir­er son atten­tion, le pouss­er vers son des­tin et sauver la ville de Ninive. Vous n’avez aucune idée de ce que Dieu veut pour la per­son­ne qu’il vous demande de laiss­er tomber. Mais si elle est chré­ti­enne, il ne peut vouloir que son bien (voir Jér 29.11). C’est donc lui qui va la sauver, alors lais­sez-la par­tir !