Chuck Swin­doll déclare : « Les chré­tiens sont sou­vent intolérants envers ceux qui ne ren­trent pas dans leur moule. C’est évi­dent à tra­vers un regard glacial ou un com­men­taire caus­tique. De telles réac­tions vident les bancs de l’église plus sûre­ment qu’un incendie ou une mal­adie con­tagieuse. Paul reproche aux Galates de se détourn­er du Christ (voir 1.6), de rejeter la grâce de Dieu (voir 2.21), et d’être ensor­celés (voir 3.1). Bien sûr, la lib­erté a ses lim­ites. La grâce ne veut pas dire que tout est per­mis. Ne pas être légal­iste, ne veut pas dire être lax­iste. Mais les lim­ites sont plus éten­dues que la plu­part des gens le pensent. Impos­si­ble de croire que la seule musique qui plaît à Dieu soit la musique savante ou les hymnes anciens, ou qu’il faille porter un cos­tume et une cra­vate pour entr­er dans le tem­ple. Dieu n’est pas comme ça ! Lui « regarde au cœur » (1S 16.7). À pro­pos des Phar­isiens, Jésus ne mâche pas ses mots. Sept fois il dit : “Mal­heur à vous“ car c’est le seul lan­gage que ces gens-là com­pren­nent. Notez-le bien. 1) Si vous êtes un peu Phar­isien sur les bor­ds, arrêtez-vous de suite ! Si vous avez ten­dance à intimider et à mépris­er les autres, vous êtes un Phar­isien du XXIe siè­cle. 2) Si des Phar­isiens actuels veu­lent con­trôler votre vie, dites stop. Rap­pelez à ces religieux hyp­ocrites que la paille dans votre œil, c’est une affaire entre vous et Dieu et qu’ils devraient plutôt s’occuper de la poutre dans le leur.