La Bible en men­tionne deux sortes. 1) La fausse humil­ité. Paul écrit : « Que per­son­ne, sous pré­texte d’hu­mil­ité […], ne vous con­teste » (Col 2.18). Tout ce qui attire les regards sur vous et les détourne du Christ, une tenue trop voy­ante, un dis­cours grandil­o­quent ou un com­porte­ment exces­sif, tout cela déplaît à Dieu. 2) La véri­ta­ble humil­ité. Une per­son­ne vrai­ment hum­ble ne se sent pas offen­sée ou ne riposte pas du tac au tac. Elle tend l’autre joue. Ce n’est pas de la lâcheté, c’est plutôt du courage. Cette per­son­ne est prête à accepter un poste inférieur à celui qu’elle mérite, à ne pas se met­tre en avant et à sup­port­er les affronts, les insultes et les fauss­es accu­sa­tions parce qu’elle pour­suit un but plus élevé. En étant vrai­ment hum­ble, vous ne vous sen­tez pas moins important(e), vous pensez sim­ple­ment moins à vous-même. Pierre l’explique ain­si : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne sa grâce aux hum­bles. Hum­i­liez-vous donc sous la puis­sante main de Dieu, afin qu’il vous élève en temps voulu » (1P 5.5–6). C’est l’histoire d’un gars qui par­ticipe au con­cours de la per­son­ne la plus hum­ble. Il rem­porte bril­lam­ment l’épreuve. On lui remet donc une médaille qu’il arbore alors fière­ment, et le voilà dis­qual­i­fié ! Plus sérieuse­ment, l’orgueil vous fait per­dre les faveurs de Dieu. Alors faites en sorte de ne jamais oubli­er cette phrase et de tou­jours la proclamer haut et fort : « Tout ce que j’ai, je le dois à Dieu. Tout ce que j’ai, vient de Dieu. À lui soit toute la gloire ».