"Parole du Jour me réconforte, me vivifie, m'interpelle, me remet en question. En bref, cela me fait un bien fou et ma journée se passe dans le calme, la paix et la joie." Daisy Je fais un don

Aux États-Unis, près de 20 mil­lions d’enfants gran­dis­sent sans père. Par­mi eux, 75% vivent dans la pau­vreté. Ils sont 5 fois plus sus­cep­ti­bles de se sui­cider, 10 fois plus de se droguer, et 20 fois plus de se retrou­ver en prison. Luther Bur­bank a dit : « Si nous pre­nions soin de notre jardin comme de nos enfants, nous seri­ons envahis par les mau­vais­es herbes ». Pères, posez-vous ces trois ques­tions : 1) Que don­nez-vous à vos enfants ? À 12 ans, ils auront appris les trois quarts de tout ce qu’ils appren­dront en une vie. Mais qui les enseign­era ? La télé ? Une célébrité dépen­dante de la drogue ? Leurs copains ? Si la jeune pousse n’est pas droite, l’arbre ne le sera pas non plus. 2) Don­nez-vous le meilleur de vous-même à votre car­rière ou à vos enfants ? Si vous dépensez toute votre énergie au tra­vail et ne gardez rien pour la mai­son, vous allez le pay­er cher. Rap­pelez-vous que vous n’aurez pas une sec­onde chance. Vos enfants grandiront soit en ayant du ressen­ti­ment à votre égard, soit en répé­tant vos erreurs, ou alors en se sou­venant avec joie d’une famille où « amour » s’épelait « T.E.M.P.S ». 3) Au niveau spir­ituel, quelle influ­ence avez-vous sur votre famille ? Votre femme fait-elle mieux que vous dans ce domaine ? Mer­ci Seigneur pour toutes les mamans qui « se tien­nent sur la brèche », mais la Bible tient les pères pour respon­s­ables de l’éducation spir­ituelle de leurs enfants : « Et vous, pères, n’ir­ritez pas vos enfants, mais élevez-les en les cor­rigeant et en les aver­tis­sant selon le Seigneur » (Ep 6.4). Dans dix ou vingt ans, qu’allez-vous regret­ter de ne pas avoir fait ? Eh bien faites-le !