La véri­ta­ble heure de pointe ne com­mence pas sur la route du retour le soir au volant alors qu’il ne se passe rien, elle com­mence à l’arrivée chez soi. En début de soirée, tout le monde est affamé et de mau­vais poil. Les par­ents ren­trent du tra­vail épuisés et irri­ta­bles, mais les enfants n’en ont cure et récla­ment de suite leur atten­tion. Le con­flit n’est pas loin. Voici com­ment désamorcer cette bombe à retarde­ment. Tout d’abord, appelez vos enfants avant de quit­ter le tra­vail l’après-midi. Vous aurez une chance d’anticiper les prob­lèmes qui pour­raient sur­venir à la mai­son. Ensuite, efforcez-vous d’évacuer les soucis du tra­vail sur le tra­jet du retour. En ce qui con­cerne le dîn­er, il est sage de le cuisin­er autant que pos­si­ble le matin ou la veille. Tout ce qui se pré­pare rapi­de­ment va soulager la pres­sion à un moment où le stress est le plus intense. Plus vite on rec­ti­fiera les taux de sucre dans le sang, mieux ce sera. Par la suite, passez un peu de temps avec vos enfants avant les devoirs et la toi­lette. Vous pou­vez aus­si bien promen­er ensem­ble le chien, ou jouer au bal­lon dans la cour. Enfin, met­tez-les au lit et accordez-vous un moment de détente. Il n’y a pas de recette mir­a­cle pour sur­vivre cinq jours par semaine à ces heures de pointe, mais on peut les ren­dre plus sup­port­a­bles en plan­i­fi­ant un min­i­mum. Voici une promesse spé­ciale pour ces heures-là : « L’Éter­nel don­nera la puis­sance à son peu­ple ; l’Éter­nel béni­ra son peu­ple dans la paix ».