Un bon général sait qu’il com­met une erreur à vouloir com­bat­tre sur plusieurs fronts en même temps. Si vous vous dis­persez vous êtes vul­nérable ! C’est vrai aus­si dans la vie. Pour éviter un stress inutile, il vous faut refuser de vous laiss­er dis­traire par chaque petit détail qui sur­git. En d’autres ter­mes, choi­sis­sez vos batailles avec sagesse. Ne faites pas une mon­tagne d’une souris. Avant de con­sacr­er du temps, de l’énergie et de l’émotion à un prob­lème, deman­dez-vous s’il est impor­tant et com­bi­en de temps, d’efforts et d’énergie il faut y con­sacr­er. Essayez de dis­cern­er ce qui compte vrai­ment et consacrez‑y votre atten­tion. Apprenez à faire la dif­férence entre ce qui est vital et ce qui est sec­ondaire. Moïse s’est épuisé en voulant gér­er per­son­nelle­ment tous les prob­lèmes, les dis­putes et les crises qui sur­gis­saient chez les Israélites. Peut-être pen­sait-il devoir le faire puisqu’il était le chef de son peu­ple. Mais son beau-père lui dit en sub­stance : « Occupe-toi des grandes choses et laisse les petites à quelqu’un d’autre. » Il ajoute : « Si tu fais cela, et que Dieu te donne des ordres, tu pour­ras tenir bon […]. Moïse écou­ta la voix de son beau-père et fit tout ce qu’il avait dit » (v.23–24). Arrêtez-vous et réfléchissez. Pourquoi ajouter davan­tage de stress et de ten­sion à ce que vous subis­sez déjà dans votre vie si vous pou­vez l’éviter ? Avant d’engager un com­bat, prenez du recul et voyez s’il vaut vrai­ment le coup. Ne partez pas en guerre s’il n’y a pas de butin à pren­dre.