Dieu répond à nos besoins physiques, matériels et rela­tion­nels. Mais peu en sont con­va­in­cus. Après tout, Jésus con­damne le riche pour avoir nég­ligé le pau­vre assis à sa porte. De nos jours, Dieu n’a pas changé d’avis sur la ques­tion. Jésus racon­te l’histoire d’un homme telle­ment occupé à gag­n­er de l’argent qu’il n’a pas assez de temps pour Dieu. « Mais Dieu lui dit : Insen­sé ! Cette nuit même ton âme te sera rede­mandée ; et ce que tu as pré­paré, à qui cela sera-t-il ? Il en est ain­si de celui qui accu­mule des tré­sors pour lui-même, et qui n’est pas riche pour Dieu » (Lu 12.20–21). Aujourd’hui encore, ce ver­set reste d’actualité. Jésus chas­se les marchands du tem­ple parce qu’ils sont mal­hon­nêtes. Il va jusqu’à appel­er l’endroit « cav­erne de voleurs » (Mr 11.17). Est-ce à dire que Dieu veut répon­dre à nos besoins spir­ituels seule­ment ? Soyons clairs : nos besoins spir­ituels devraient tou­jours être pri­or­i­taires, mais lais­sons par­ler les Écri­t­ures. En ce qui con­cerne Dieu et l’argent, Jésus dit : « Ne vous inquiétez donc pas, en dis­ant : Que mangerons-nous ? Ou : Que boirons-nous ? Ou : De quoi serons-nous vêtus ? Car cela, ce sont les païens qui le recherchent. Or votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez pre­mière­ment son roy­aume et sa jus­tice, et tout cela vous sera don­né par-dessus » (Mt 6.31–33). Remar­quez l’expression « tout cela ». Si vous êtes en accord avec Dieu, vous pou­vez prier avec con­fi­ance et lui deman­der de vous bénir en toutes choses !