La Bible raconte : « Moïse répondit : Ils ne me croiront pas et n’écouteront pas ma voix. Mais ils diront : l’Éternel ne t’est pas apparu. L’Éternel lui dit : Qu’y a‐t‐il dans ta main ? Il répondit : Un bâton. L’Éternel dit : Jette‐le par terre. Il le jeta par terre, et cela devint un serpent » (v.1–3). Jeter le bâton sur lequel on s’appuie est un paradoxe effrayant pour tous les obsédés du contrôle. Mais aussi longtemps que vous vous y cramponnez et essayez d’en garder la maîtrise, Dieu ne pourra pas l’utiliser. Au golf, quand un amateur veut envoyer sa balle plus loin, il tient le club plus fermement, mais il obtient l’effet inverse. La clé pour pour un drive long est de jouer de manière détendue. Le bâton de Moïse, c‘est son identité et sa sécurité. Il représente sa condition de berger et la protection pour lui et son troupeau. Lorsque Dieu lui demande de le jeter, il veut l’obliger à abandonner ce qu’il est et ce qu’il possède. Et vous, qu’hésitez-vous à laisser tomber ? En fait, vous ne contrôlez rien de ce que vous retenez, c’est vous qui êtes sous contrôle. Si vous ne le lâchez pas, votre bâton ne sera toujours qu’un bâton. Mais si vous avez le courage de le remettre à Dieu, il peut devenir le bâton éclatant de son pouvoir miraculeux. Que serrez‐vous dans votre main aujourd’hui ? Vous pouvez le garder et voir ce que vous pouvez en faire, ou le remettre à Dieu et voir ce que lui peut en faire. Aujourd’hui, laissez Dieu utiliser ce que vous avez.