Affron­tez-vous un dan­ger ? Écoutez David : « Je dis à l’Éter­nel : mon refuge et ma forter­esse, mon Dieu en qui je me con­fie ! Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oise­leur, de la peste et de ses rav­ages. Il te cou­vri­ra de ses plumes, tu te réfugieras sous ses ailes ; sa vérité est un boucli­er et une cuirasse. Tu ne crain­dras ni la ter­reur de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, ni la peste qui marche dans l’ob­scu­rité, ni la con­ta­gion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, rien ne t’at­tein­dra ; tu regardes seule­ment de tes yeux et tu ver­ras la rétri­bu­tion des méchants. Car tu es mon refuge, ô Éter­nel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite. Aucun mal­heur ne t’ar­rivera, aucun fléau n’ap­prochera de ta tente. Car il don­nera pour toi des ordres à ses anges pour te garder dans toutes tes voies ; ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte con­tre une pierre. Tu marcheras sur le lion et sur la vipère, tu fouleras le lion­ceau et le drag­on. Puisqu’il s’at­tache à moi, je le ferai échap­per ; je le pro­tégerai, puisqu’il con­naît mon nom. Il m’in­vo­quera, et je lui répondrai ; je serai moi-même avec lui dans la détresse, je le délivr­erai et le glo­ri­fierai. Je le ras­sas­ierai de longs jours et lui ferai con­tem­pler mon salut » (Ps 91.2–16). Notez la phrase du début : « Je dis à l’Éternel ». Si vous exprimez la Parole de Dieu, vous libérez la puis­sance qu’elle con­tient. Restez donc ferme aujour­d’hui et atten­dez-vous à ce que Dieu hon­ore sa Parole !