Pour plaire : 1) on nég­lige ses besoins pour répon­dre à ceux des autres. 2) on prend ses déci­sions en fonc­tion de leur avis. Au final on devient pail­las­son. Vous voulez sans doute plaire depuis longtemps pour obtenir l’attention que ne pou­vez pas avoir autrement. Ou alors vous n’avez jamais appris à faire con­fi­ance à votre pro­pre juge­ment. La Bible affirme : « Un homme qui flat­te son prochain tend un filet sous ses pas » (Pr 29.25), car il y aura tou­jours un retour de maniv­elle. Non seule­ment les autres vont s’énerver, mais vous allez vous décevoir si les choses ne marchent pas. Pierre a lut­té con­tre son désir de plaire. La nuit précé­dant la cru­ci­fix­ion : « Pierre était assis dehors dans la cour. Une ser­vante s’ap­procha de lui et dit : Toi aus­si, tu étais avec Jésus le Galiléen. Mais il le nia devant tous dis­ant : Je ne sais pas ce que tu veux dire » (Mt 26.69–70). Plus tard, il a regret­té amère­ment son men­songe. En désac­cord sur le sort à réserv­er aux Amalécites : « Saül dit à Samuel : J’ai péché, […] je craig­nais le peu­ple et j’ai écouté sa voix » (1S 15.24). À l’inverse, Paul écrit : « Si je plai­sais encore aux hommes, je ne serais pas servi­teur de Christ » (Ga 1.10). C’est bien d’être prévenant, aimant et patient, mais évitez de vous laiss­er intimider et manip­uler : « Ce n’est pas un esprit de timid­ité que Dieu nous a don­né, mais un esprit de force » (2Ti 1.7). Céder par peur per­met aux autres de con­trôler votre vie à la place de Dieu. Dieu ne veut pas que vous les serviez par crainte, mais par amour pour eux et pour lui.