Les loyalistes. Ils aiment faire partie des meilleurs. On peut compter sur eux dans les moments difficiles. Ils s’attachent à une cause qu’ils peuvent défendre et veulent intégrer un groupe dans lequel ils se sentent à l’aise. Au mieux, les loyalistes aident tout le monde à s’améliorer. D’habitude ils sont assez brillants et clairs mais ils n’expriment pas toujours leurs pensées.  La déception, parfois inéluctable, peut les rendre cyniques. Voilà pourquoi la Bible parle si souvent de grâce et de pardon les uns envers les autres. Quand les Alcooliques anonymes utilisent l’expression « le Dieu bienveillant », ils se réfèrent à leur propre perception de Dieu. Les loyalistes considèrent souvent Dieu comme quelqu’un de difficile à contenter. C’est donc la peur qui définit le mieux leur péché. Jésus évoque trois serviteurs qui ont chacun une somme d’argent à investir. Les deux premiers le placent sagement et en tirent des bénéfices à la satisfaction du maître. Mais le troisième, craignant d’échouer et de subir sa colère, enterre son talent (voir Mt 25.14–30) . Sa condamnation dans la parabole du Christ signifie que Dieu réserve son jugement le plus sévère, non à celui qui tente et échoue, mais à celui qui ne tente rien parce qu’il se laisse dominer par la peur. On estime qu’il y a dans la Bible 365 références à la peur, c’est-à-dire une pour chaque jour de l’année. Si Dieu avait un slogan, ce serait : « Ne crains pas ».  Alors n’ayez pas peur, il se tient à vos côtés aujourd’hui !