Les intellectuels. Ils veulent tout savoir. Ce sont nos enquêteurs, nos scientifiques et nos inventeurs. Ils aiment découvrir des vérités encore inexplorées, et sont à eux seuls des puits de science et de talents. Ils ont une mémoire stupéfiante pour tout retenir sur ce qui les passionne. Hélas, ils sont parfois introvertis. Ils se complaisent dans leur monde. Quel est donc le péché qui les « enveloppe si facilement » ? 1) L’indifférence. Parfois les intellectuels préfèrent leur petite vie bien rangée aux gens qui les entourent. Il ne sont pas toujours à l’aise pour exprimer leurs sentiments ou leur affection. Leur maladresse peut les faire paraître plus égoïstes que généreux. Ils détestent avoir tort, et ont horreur d’être interrompus. Ils apprécient des moments de solitude de plus en plus longs. Pour autant ça ne les rend pas plus spirituels que nous. C’est juste qu’ils ont moins besoin de relations humaines. L’ennui c’est que l’homme n’a pas été créé pour vivre seul. C’est uniquement lorsqu’on est prêt à donner et à recevoir des autres qu’on peut croître spirituellement. Jésus a dit : « Tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13.35). 2) Le doute. Les sceptiques ne sont pas mauvais pour autant ; la plupart doutent avec sincérité. La foi et la raison ne s’opposent pas forcément, mais c’est quand la raison vous arrête que la foi en Dieu vous permet de repartir. La vie vous réservera des situations que la raison seule ne pourra résoudre. C’est là que vous aurez besoin de la foi en Dieu.