Dans le jardin d’E­den, Adam est par­faite­ment for­mé, mais il n’a pas encore de vie. Il a tout pour lui mais ne peut aller nulle part avant d’avoir reçu le souf­fle de l’Esprit. Alors il se met marcher avec Dieu, prend des ini­tia­tives et accom­plit ses objec­tifs. Vous dites : « Il me faut le même souf­fle de Dieu qu’Adam a reçu ce jour-là. » C’est pos­si­ble ! Pensez à Ézéchiel dans cette val­lée rem­plie d’ossements épars et desséchés. Ce n’était que mort et déso­la­tion. Si vous en êtes là de votre vie, il y a de bonnes nou­velles. Lorsque Dieu a souf­flé sur ces os, ils sont revenus à la vie et se sont lev­és pour devenir une puis­sante armée. Notez que l’Esprit de Dieu est venu « des qua­tre vents », autrement dit des qua­tre coins du monde. Ça veut dire que son Esprit peut vous attein­dre partout si vous êtes disponible pour lui. Notez égale­ment que lorsque l’Esprit de Dieu est venu dans la val­lée d’Ézéchiel, des objets brisés ont été réparés et des objets morts ont été ramenés à la vie. Dieu veut faire la même chose pour vous ! Remar­quez qu’il y a d’abord un « frémisse­ment » (v.7). C’est la procé­dure stan­dard avec Dieu. Avant de vous utilis­er, il boule­verse votre zone de con­fort, vos méth­odes éprou­vées et vos cer­ti­tudes. Votre passé n’est pas un prob­lème pour lui, parce que ses yeux sont fixés sur votre avenir. Alors venez aujourd’hui en sa présence et priez : « Souf­fle sur moi, souf­fle de Dieu. Rem­plis-moi d’une vie nou­velle. Que je puisse aimer ce que tu aimes et agir comme tu le ferais. » Alors votre vie va chang­er.