Dans la vie, il faut assumer ses torts au lieu d’accuser les autres. Quand Dieu demande à Adam pourquoi il a mangé du fruit défendu, il accuse sa com­pagne : « C’est la femme que tu as mise auprès de moi qui m’a don­né de l’ar­bre, et j’en ai mangé » (Ge 3.12). Puis on lit : « Alors l’Éter­nel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répon­dit : Le ser­pent m’a induite en erreur » (v.13). Ève rejette la faute sur le Dia­ble. Alors Dieu accepte-t-il leurs excus­es ? Non. Il dit à Adam : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l’ar­bre dont je t’avais défendu de manger, le sol sera mau­dit à cause de toi ; c’est avec peine que tu en tir­eras ta nour­ri­t­ure tous les jours de ta vie, il te pro­duira des chardons et des brous­sailles, et tu mangeras l’herbe de la cam­pagne » (v.17–18). Mais d’abord il dit à Ève : « Je rendrai tes grossess­es très pénibles, c’est avec peine que tu accoucheras. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais il domin­era sur toi » (v.16). Puis Adam et Ève sont chas­sés du Par­adis. Vous dites : « Puisque Dieu est omni­scient, pourquoi s’est-il mis en colère con­tre eux ? » Parce que ni l’un ni l’autre ne prend la respon­s­abil­ité de ses actes ! Lorsqu’on pèche, Dieu par­donne volon­tiers (voir Né 9.17). Mais ce qu’il n’accepte pas, c’est le men­songe et la mau­vaise foi. Sa Parole dit : « Celui qui dis­simule ses fautes ne réus­sit pas. Mais celui qui les con­fesse et les délaisse trou­ve de la com­pas­sion » (Pr 28.13). Alors, pour avancer, prenez vos respon­s­abil­ités !