Faut-il inve­stir ou bien atten­dre que la for­tune tombe du ciel du jour au lende­main ? Salomon répond : « Jette ton pain sur l’eau, car avec le temps tu le retrou­veras » (v.1). Ça sig­ni­fie inve­stir dans la prière avec sagesse et patience car le retour n’est pas immé­di­at. S’enrichir rapi­de­ment n’est pas biblique : « Donne une part à sept, et même à huit, car tu ne sais pas quel mal­heur peut arriv­er sur la terre » (v.2). Alors investis­sez, mais diver­si­fiez-vous. Tenez compte des fluc­tu­a­tions du marché. C’est une approche sage, non une façon de jouer la sécu­rité. Soyez animé(e) par la foi plutôt que par la peur qui per­met à l’im­prévu de vous dicter vos actes. Sagesse divine et foi sont la clé pour un bon investisse­ment. Atten­dre « le moment idéal » vous paral­y­sera. Le suc­cès ne réside pas dans l’ab­sence de défis, mais dans la sagesse pour bien les gér­er. La Bible dit : « Qui observe le vent ne sème pas ; qui regarde les nuages ne moissonne pas ». Si vous lais­sez les dif­fi­cultés vous blo­quer, vous ne sèmerez jamais, et donc vous n’aurez pas de récolte. La vie est pleine d’in­con­nues. La Bible dit encore : « De même que tu ne sais pas com­ment le souf­fle ou les os se for­ment dans le ven­tre de la femme enceinte, de même tu ne con­nais pas l’œu­vre de Dieu qui fait tout » (v.5). Nul besoin de tout savoir ou de préjuger du résul­tat. Cherchez sim­ple­ment Dieu, puis agis­sez selon la sagesse qu’il vous donne (voir Ja 1.5). Vous n’avez pas besoin de com­pren­dre com­ment il va œuvr­er en votre nom. Il vous suf­fit de croire qu’il le fera !