La Bible dit : « Pierre se retour­na et vit venir à leur suite le dis­ci­ple que Jésus aimait, celui qui pen­dant le souper, s’é­tait penché sur la poitrine de Jésus et avait dit : “Seigneur, qui est celui qui te livre ?” En le voy­ant, Pierre dit à Jésus : “Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?” Jésus lui dit : “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’im­porte ? Toi, suis-moi.” Là-dessus, le bruit se répan­dit par­mi les frères que ce dis­ci­ple ne mour­rait pas. Pour­tant, Jésus ne lui avait pas dit qu’il ne mour­rait pas, mais : “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’im­porte ?” » (v.20–23). La ques­tion que pose Pierre à Jésus fait référence à Jean qui béné­fi­cie d’une rela­tion par­ti­c­ulière­ment proche avec le Christ. Et Jésus lui répond en sub­stance : « Ne t’occupe pas de Jean et regarde-moi. Suis-moi et tu seras toi aus­si proche de moi. » Les gens finiront par vous décevoir tout comme vous-même les décevrez. Mais Jésus ne vous décevra jamais si vous gardez les yeux fixés sur lui et le suiv­ez. Même avec les meilleures inten­tions, les gens vous don­neront de mau­vais con­seils, tout comme vous leur en don­nerez. Mais pas Jésus. Non seule­ment il con­naît le chemin, mais il dit : « Je suis le chemin » (Jn 14.6). Il affirme : « Celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jn 8.12). Voici donc votre parole du jour, un des principes fon­da­men­taux de la vie chré­ti­enne : détournez vos yeux des gens et portez votre regard sur Jésus.