Parole du Jour
Parole du Jour 
Dieu ne vous aban­don­nera jamais
/

Si un bien-aimé meurt, divorce ou nous quitte, la douleur est intense. Paul a vécu la même chose. Il écrit : « Tâche de venir au plus tôt vers moi, car Démas m’a aban­don­né […]. Luc est seul avec moi. Prends Marc et amène-le avec toi, car il m’est fort utile pour le ser­vice. […] Alexan­dre, le forg­eron, m’a fait beau­coup de mal. […] Dans ma pre­mière défense, per­son­ne ne m’a assisté, mais tous m’ont aban­don­né. […] C’est le Seigneur qui m’a assisté et qui m’a for­ti­fié […]. Et j’ai été délivré de la gueule du lion. Le Seigneur me délivr­era de toute œuvre mau­vaise et me sauvera (pour me faire entr­er) dans son roy­aume céleste » (v.9–18). On peut sur­vivre sans les autres mais pas sans Dieu. C’est pour ça qu’il éloigne de nous toute dépen­dance à eux. Il envoie cer­taines per­son­nes dans notre vie pour édi­fi­er notre foi et dévelop­per notre car­ac­tère, et lorsqu’elles s’en vont, elles nous lais­sent l’assurance que Dieu con­trôle toutes choses. La perte de ceux qui nous sont chers développe notre mus­cle spir­ituel, éprou­ve notre résilience et nous mon­tre l’étendue de la puis­sance de Dieu. Quand Moïse meurt, Dieu dit à Josué, son suc­cesseur : « Je suis avec toi comme je l’ai été avec Moïse » (Jos 1.5). Voilà une chose que Josué n’aurait jamais pu expéri­menter du vivant de Moïse. On ne peut l’apprendre aus­si longtemps que l’on cherche des répons­es auprès d’un être humain. Il faut donc tourn­er les yeux vers le Seigneur, et laiss­er à celui qui a fait taire la tem­pête en Galilée le soin de nous don­ner sa paix dans ce qui nous trou­ble aujourd’hui.