Si vous demandez aux parents ce qu’ils veulent pour l’avenir de leurs enfants, ils vous diront : bonheur, assurance et sécurité. Voilà de beaux sentiments, mais pas des garanties. Qu’est-ce qui en fait de bons adultes ? Une enfance pleine de trophées et de bonnes notes ? La vie à la campagne, loin de la criminalité citadine ? Des loisirs enrichissants comme les voyages ou la musique ? En réalité, rien ne permet de présager un avenir heureux. Certes il faut encourager les enfants à bien étudier en classe. Des parents qui honorent le savoir font une différence. Cependant, les qualités essentielles sont intérieures. Un psychologue affirme que pour se sentir bien, les enfants doivent développer deux aptitudes fondamentales. 1) Savoir surmonter l’adversité. 2) Savoir entretenir la joie. Il dit : « La vie est pleine de désillusions. Ce n’est qu’en recommençant sans cesse après avoir échoué qu’on tire le meilleur parti de ses capacités ». Comment apprendre à ses enfants à être joyeux face à l’adversité ? En leur faisant découvrir la source de la joie. Ésaïe a dit : « Mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu ; car il m’a revêtu des vêtements du salut » (Esa 61.10). David a dit : « Il y a abondance de joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite » (Ps 16.11). Jérémie a dit : « Tes paroles ont fait l’agrément et la joie de mon cœur » (Jér 15.16). Dieu ne nous promet pas une vie exempte de problèmes, mais sa Parole affirme que l’un des fruits que l’Esprit produit dans votre vie est la joie (voir Ga 5.22).