Il faut recon­naître ses pro­pres lacunes. Les seules per­son­nes pour qui Dieu ne peut rien sont celles qui pensent pou­voir se pass­er de son aide. Le roi Jos­aphat a recon­nu : « Nous sommes sans force devant cette mul­ti­tude nom­breuse qui s’a­vance con­tre nous, et nous ne savons que faire, mais nos yeux sont sur toi ». Sou­vent nos yeux regar­dent partout sauf à Dieu, celui qui a solu­tion à nos prob­lèmes. C’est comme un mate­las : au-dessus, vous vous reposez, en-dessous, vous étouf­fez. Gardez les yeux fixés sur le Seigneur et vous gag­nerez la bataille. Rap­pelez-vous ceci : « Ce n’est ni par la puis­sance, ni par la force, mais c’est par mon Esprit, dit l’Éter­nel » (Za 4.6). Vos pro­pres forces ne suff­isent pas pour vivre une vie chré­ti­enne. Vous seriez vite en panne de courant. Il vous faut la puis­sance de l’Esprit de Dieu en vous. Imag­inez un gant. Tout seul, il est mou et sans énergie. Mais dès qu’une main y prend place, il devient utile et effi­cace. Jésus a dit : « Vous recevrez une force quand le Saint-Esprit descen­dra sur vous » (Ac 1.8, BFC). Jésus a sou­vent appelé le Saint-Esprit : « celui qui vient en aide », alors si vous ne savez pas quoi faire, appuyez-vous sur sa promesse : « Celui qui doit vous venir en aide, le Saint-Esprit que le Père enver­ra en mon nom, vous enseign­era tout et vous rap­pellera tout ce que je vous ai dit » (Jn 14.26, BFC). Bat­tez-vous avec vos seules armes, et vous per­drez. Mais faites appel à la puis­sance de l’Esprit de Dieu qui est en vous, et vous gag­nerez.