Le doute est une porte ouverte à Satan. Il affaib­lit votre foi. Lorsque la peur, la con­fu­sion, le décourage­ment et le dés­espoir vous gag­nent, ils vous volent con­fi­ance, joie et sérénité. Mais le doute n’est-il pas sim­ple­ment humain ? Bien sûr, mais c’est aus­si un strat­a­gème de Satan ! « Celui qui ne croit pas en Dieu, celui-là fait de Dieu un menteur ! Il ne croit pas au témoignage que Dieu a ren­du à son Fils » (1Jn 5.10, PDV). Vos doutes révè­lent un manque de con­fi­ance dans la Parole de Dieu. Alors com­ment ne plus douter ? Comme pour d’autres péchés, admet­tre que vous avez un prob­lème et agir en con­séquence. Ni la rai­son ni même l’obstination ne pour­ront vain­cre le doute. Seul un total aban­don le peut. Vain­cre ses doutes un par un, c’est faire comme  cet alcoolique qui ten­terait de réduire pro­gres­sive­ment sa con­som­ma­tion. Ça ne marche pas. La solu­tion : 1) Com­mencez par une déci­sion rad­i­cale. Aban­don­nez totale­ment votre droit de douter des promess­es de Dieu. Dites sim­ple­ment : « À par­tir de main­tenant, je ne douterai plus de Dieu ! » Soyez per­suadé qu’il s’occupera de tout ce que vous lui soumet­trez. 2) Déclarez par la foi : « Seigneur, je crois pro­fondé­ment cha­cune de tes Paroles ! » Le doute frap­pera-t-il encore à votre porte ? Oui, mais au lieu de le laiss­er entr­er, prenez « le boucli­er de la foi, avec lequel vous pour­rez étein­dre tous les traits enflam­més du Malin » (Ep 6.16). Ne râlez pas, ne lut­tez pas, ne raison­nez pas avec vos doutes. Au lieu de cela, répétez votre déc­la­ra­tion de foi en l’Écriture, ignorez vos sen­ti­ments, et faites con­fi­ance à Dieu.