Pour être un bon chef de famille, vous devez appren­dre à vous retrou­ver régulière­ment en comité restreint. C’est là qu’une équipe : 1) définit ses objec­tifs, 2) partage les respon­s­abil­ités, 3) abor­de les tac­tiques qui déter­mineront la vic­toire ou la défaite. Pères, même si vous fix­ez les règles, votre famille doit être capa­ble de les appli­quer sur le ter­rain. Il vous fau­dra sur­mon­ter cer­taines épreuves, main­tenir le dia­logue en cas de désac­cord, motiv­er et val­oris­er chaque mem­bre. Tâchez d’écouter avec un cœur ouvert. Ne vous con­tentez pas d’entendre ce que dis­ent vos enfants, cherchez à com­pren­dre ce qu’ils ressen­tent. Oui, vous êtes le patron, et oui, vous pou­vez, si vous le voulez, impos­er votre volon­té. Mais tôt ou tard vous aurez des ennuis, car la ran­cune croît quand les gens se sen­tent mis à l’écart. Tous les mem­bres de votre équipe sont là pour pren­dre part aux pris­es de déci­sion. Impliquez-les ! Deman­dez à Dieu de vous aider à voir au-delà de vous-même pour le bien des autres. Ne tombez pas dans la ten­ta­tion de la sat­is­fac­tion immé­di­ate. Ce qui peut vous sem­bler bon aujourd’hui peut vous éloign­er de ce qu’il y a de meilleur pour demain. N’invitez per­son­ne du dehors dans votre comité restreint. Trop sou­vent leurs opin­ions se basent sur les ragots, l’intérêt ou la jalousie. Respectez l’intimité de votre équipe. Instau­rez la loy­auté. Réu­nis­sez-vous fréquem­ment dans la prière. Si vous faites cela, tout le monde est gag­nant !